Forged in Fire, Volume 20

Forged in Fire, Volume 20

Forged in Fire

Why The Bladesmith Rick Marchand left Ontario and moved his family to Lunenburg, Nova Scotia

by Barrett Hooper

The Story of Rick Marchand, who left Windsor, Ontario and moved with his family to Nova Scotia for a better quality of life and to pursue his dream of being a bladesmith. He is now a TV star thanks to the History Channel’s hit reality series, Forged in Fire, and he boasts clients such as Dwayne “The Rock” Johnson and has a stunning studio in Lunenburg’s Back Harbour.

Approaching Wildertools, a small workshop overlooking Lunenburg’s Back Harbour, the clang of hammer on steel clashes with the grumble of nearby road construction. They coalesce into a rhythmic pounding that you might imagine is music. The maestro at the centre of this melodic maelstrom — the man with the hammer, if you will — is Rick Marchand. Stubbled head, tattoos and a salt-and-pepper beard, he wouldn’t look out of place fronting a metal band.

Marchand is a bladesmith, one of the few in Canada who practises the millennia-old art of applying extreme heat and pressure to “make steel flatter,” he says matter of- factly, “and sharper.”

Here in his Wildertools forge, we are surrounded by a veritable Iron Throne of sharp and stabby: camping knives, Bowie knives, choppers, machetes, samurai inspired short swords, Malaysian parangs, Gurkha inspired kukris, cleavers, daggers, axes. It’s the perfect place from which to launch an attack on Westeros “or fend off a zombie apocalypse,” he says.

Marchand forges as he talks, heating a small bar of high-carbon steel to more than 1,600 degrees Fahrenheit, then hammering it on an anvil, repeating the process as he begins to draw a knife from the metal. Each time he strikes the red-hot steel, it glows a little brighter, and Marchand’s eyes spark. “I love hitting hot stuff with a hammer,” he says, sweat forming on his brow. “Think of hot steel as a piece of playdough. When you hit it, it will move or push out in different directions depending on how you hit it and with what kind of hammer. A hammer with a rounded head will cause the steel to spread out in all directions. A square-headed hammer will cause ruffles in one direction, and you need to hit it again to straighten it back out.”

Marchand’s blades — from rugged bush knives to elegant sushi knives — are highly coveted the world over, as likely to be found on a hunter’s hip or a chef’s cutting board as framed behind glass on a collector’s wall. They’ve been featured in The World’s Greatest Knife Book and industry magazines like Blade and Tactical Knives. He’s won numerous design awards, and the waiting list for his work has only gotten longer since Hollywood came calling. He crafted wilderness-survival knives for Woody Harrelson in War for the Planet of the Apes and an enormous “hero machete” for Dwayne “The Rock” Johnson to wield in his recent Jungle Cruise.

“You never know how much your work is going to feature in the movie; it might only appear in the background. But when I saw The Rock swinging my machete, I was giggling inside and almost came out of my seat,” he says.

The basic principles of bladesmithing have remained relatively unchanged since iron swords were forged for Rome’s legions. Metal is heated in a forge and then pounded into the desired shape, followed by a cooling dip in oil or water, called
the “quench,” which hardens it and then by sharpening. The practice fell out of fashion when the Industrial Revolution brought improvements in steel production and machine tools. There has been a resurgence in popularity in recent years,
thanks in part to the rise of maker culture and the History Channel’s hit reality series, Forged in Fire, which pits bladesmiths against each other as they race to turn scrap metal into lethal works of art. “I’m not ripping apart a set of golf clubs to make kitchen knives,” Marchand jokes.
 
Make no mistake: forging and shaping a slab of high-carbon steel into a polished, razor-sharp blade is an art. “I can see the blade in the steel, like a sculptor who can see the sculpture in the marble and just chip away what doesn’t belong. But it
took me a long time to feel okay with calling myself an artist,” says Marchand. He is preparing to earn a Master Artisan certification through Craft Nova Scotia, which will make him the only bladesmith with that designation in that province.
“Art or not, at the end of the day, it has to function as a tool, whether chopping through wood or filleting a fish. But it also might look pretty cool displayed on your wall.”
 
Marchand studied martial arts for years, and there’s a definite Japanese influence in his work. (Japanese swordmakers are practically mythic, known for painstakingly folding and refolding hot steel over and over, as many as 33,000 layers in a single katana.) It’s easy to see the aesthetic beauty of his blades: sharp (no pun intended) curves, acid-etched patterns swirling across gleaming surfaces, finely crafted yet rusticlooking handles wrapped in hemp cord —Marchand’s signature style — lending them a rugged, practical and timeless quality. “I want my blades to look like you pulled them out of your granddaddy’s chest,” he says, before adding, “his tool chest.”
 
Born and raised in Lasalle, on the outskirts of Windsor, Ontario, Marchand “grew up on Grizzly Adams and was always in the woods, making forts, camping out.” Later, he took his woodsy ways much more seriously, taking wilderness-tracker
and bushcraft courses and going on survival treks in northern Ontario (in January!) and the Florida Everglades (in July!). “I learned to make my own tools and birchbark containers, how to live on wild edibles, that sort of thing,” he says.
This led him to craft his own leather goods, including blade sheaths and scabbards. Eventually he started making knives. A chance encounter in 2007 with Wally Hayes, at that time one of two Canadians certified as a Master Bladesmith by the American Bladesmith Society, set Marchand on a new path. “He’s a guitar player and I’m a drummer, and we met playing music,” he says, nodding toward a shiny red drum kit in the corner of his workshop. “He took a look at some of my knives and asked if I wanted to learn how to make them for real.” Marchand became his apprentice, until it was time to strike out on his own.
 

 

Eventually, Marchand and his wife of 24 years, Michelle, along with their kids, 19-year-old Evelynne and 16-yearold Magnus, moved to Nova Scotia. Now, Marchand is the teacher. He offers classes to a range of enthusiasts, from experienced bladesmiths looking to up their game to hobbyists inspired by Forged in Fire to businesses wanting a unique team-building exercise. His Complete Bladesmith course has also been approved by Veterans Affairs Canada for military veterans, many of whom are coping with post-traumatic stress syndrome. “Before I got into making knives, I worked in the tool-and-die-fabrication industry and eventually in sales, sitting behind a desk, and I was miserable,” he says. “I was suffering from depression, and learning to make blades helped me through that. So I thought maybe learning to be a bladesmith might help these guys, even just a little bit.” Marchand’s blade is almost finished. What was a small block of steel less than an hour ago now has the distinct
shape of a hunting knife. He quenches the blade and then moves to the power grinder to smooth the surfaces, removing any imperfections and refining its shape. Later, he’ll craft a handle, made of local wood, perhaps hickory or ash,
and wrapped in hemp cord. “My signature look is the wrap, and I sandpaper the hemp cord to raise the fibres a little so when it gets wet it gets sticky, making it easier to grip when you’re out in the woods,” he says. “There’s an emotional element to the knives. When you have a great tool, one that looks and feels like it’s been used forever, it makes you feel like a real bushman. I make stuff I want to carry. I have a hard time letting them go. I know a knife is ready when I
want to keep it.”

To commission a custom blade or learn to make your own, visit wildertools.com Facebook and Instagram: @wildertools

Subscribe to the [EDIT] YouTube channel here to watch an exclusive documentary film produced by Edit Media's film division about bladesmith Rick Marshand:

@themaritimeedit

This story originally appeared in [EDIT] magazine. To subscribe, please click here. 

----

C’est en forgeant qu’on devient forgeron

Les raisons qui ont poussé Rick Marchand, forgeron, à quitter l’Ontario avec sa famille pour s’installer à Lunenburg, en Nouvelle-Écosse

Voici l’histoire de Rick Marchand, de Windsor, en Ontario, qui a quitté sa province natale pour s’installer en Nouvelle-Écosse avec sa famille. Sa mission était de profiter d’une meilleure qualité de vie et de réaliser son rêve de devenir forgeron de lames. Aujourd’hui, il est une vedette de la télévision grâce à la série de téléréalité Forged in Fire, diffusée sur la chaîne History, et compte parmi ses clients Dwayne « The Rock » Johnson. Il est propriétaire d’un superbe atelier à Lunenburg, aux abords du havre Back Harbour.

Par Barrett Hooper

 

En arrivant à Wildertools, un petit atelier qui surplombe le havre Back Harbour à Lunenburg, le son du marteau contre l’acier se fond à la cacophonie des travaux de construction sur la route voisine. C’est un martèlement rythmique qui s’apparente presque à une prestation musicale endiablée. Le maestro au centre de ce tintamarre – l’homme au marteau, si vous voulez – est Rick Marchand. Avec sa tête rasée, ses tatouages et sa barbe grisonnante, on le croirait plutôt chanteur d’un groupe heavy métal.

 

Rick est forgeron de lames. Il est l’un des rares au Canada à pratiquer cet art millénaire, qu’il décrit comme l’application d’une chaleur et d’une pression extrêmes sur de l’acier pour le rendre « plus plat et plus coupant ».

 

Ici, dans son atelier Wildertools – un véritable Trône de fer – nous sommes entourés d’objets tranchants : couteaux de camping, couteaux Bowie, hachoirs, machettes, épées courtes inspirées des samouraïs, parangs malaisiens, khukuris népalais, fendoirs, dagues et haches. C’est l’endroit idéal pour lancer une attaque contre Westeros ou se défendre en cas d’un « assaut apocalyptique de zombies », plaisante Rick.

 

Rick jase tout en forgeant. Il chauffe une petite barre d’acier dur à plus de 850 degrés Celsius, puis la martèle sur une enclume. Il répète le processus jusqu’à ce qu’un couteau commence à prendre forme. Chaque fois qu’il frappe l’acier, ses yeux s’illuminent comme son morceau de fer. « J’adore frapper des trucs chauds avec un marteau », dit-il, la sueur se formant sur son front. « De l’acier chaud, c’est comme un morceau de pâte à modeler. Lorsqu’on le frappe, il change de forme selon les coups et le type de marteau. Avec un marteau à tête arrondie, l’acier s’étendra dans toutes les directions. Un marteau à tête carrée provoquera des bosselures dans une direction, et il faut frapper l’acier à nouveau pour le redresser. »

 

Qu’il s’agisse de couteaux de brousse robustes ou d’élégants couteaux à sushi, les créations de Rick sont convoitées dans le monde entier. On les trouvera autant sur la ceinture d’un chasseur que sur la planche à découper d’un chef. Certains collectionneurs les font encadrer sous verre. Ses couteaux ont fait l’objet d’articles dans The World’s Greatest Knife Book et dans des revues spécialisées telles que Blade et Tactical Knives. Il a remporté de nombreux prix de design, et la liste d’attente pour ses produits n’a fait que s’allonger depuis qu’Hollywood a découvert ses œuvres d’art. Il a conçu des couteaux de survie en milieu sauvage pour le personnage de Woody Harrelson dans La guerre de la planète des singes et une énorme « machette de héros » pour Dwayne « The Rock » Johnson dans l’un de ses derniers films, Croisière dans la jungle.

 

« Je ne sais jamais dans quelle mesure mon travail va figurer à l’écran. Peut-être qu’il ne paraîtra qu’en arrière-plan. Mais lorsque j’ai vu “The Rock” brandir ma machette, j’ai failli tomber de ma chaise, raconte Rick. J’avais le sourire fendu jusqu’aux oreilles! »

 

Les principes de base de la forge de lames sont restés relativement inchangés depuis que les épées de fer ont été forgées pour les légions romaines. Le métal est chauffé dans une forge, puis martelé pour obtenir la forme souhaitée. Ensuite, il est trempé dans de l’huile ou de l’eau pour le refroidir et le durcir. Enfin, il est affûté. L’art de la forge de lame est tombé en désuétude lorsque la révolution industrielle a permis d’améliorer la production d’acier et les machines-outils. Il a connu un regain de popularité au cours des dernières années, grâce en partie à l’essor de la culture d’artisans et à la série de téléréalité Forged in Fire diffusée sur la chaîne History, où des forgerons de lames s’affrontent pour transformer de la ferraille en des œuvres d’art mortelles. « Ce n’est pas mon intention de détruire des bâtons de golf pour en faire des couteaux de cuisine », lance Rick.

 

Détrompez-vous : forger et façonner une plaque d’acier dur pour en faire une lame polie et tranchante est un art. « Je vois la lame dans l’acier, tout comme un sculpteur voit sa sculpture dans le marbre. Il suffit d’enlever ce qui n’a pas sa place, mais il m’a fallu beaucoup de temps avant de me considérer comme un artiste », affirme Rick. Il obtiendra bientôt une certification de maître artisan de Craft Nova Scotia, ce qui fera de lui le seul forgeron de lames de la Nouvelle-Écosse à porter ce titre. « Objet d’art ou non, au bout du compte, mon produit doit fonctionner comme un outil. Il doit pouvoir couper du bois, fileter un poisson ou remplir une autre fonction. Sinon, il pourrait aussi avoir l’air cool, tout simplement posé sur un mur. »

 

Rick a étudié les arts martiaux pendant des années. En fait, on constate une nette

influence japonaise dans son travail. (Les fabricants de sabres japonais sont pratiquement mythiques, connus pour plier et replier minutieusement l’acier chaud maintes et maintes fois – jusqu’à 33 000 couches dans un seul katana.) La beauté esthétique de ses lames est évidente : courbes prononcées, motifs gravés à l’acide sur des surfaces brillantes et manches artisanaux raffinés, mais rustiques, enveloppés d’une corde de chanvre – un style particulier à Rick. Ses couteaux renferment une qualité robuste, pratique et intemporelle. « Je veux que mes lames aient l’air d’être sorties du coffre à outils de votre grand-père », dit-il.

 

Rick est né et a grandi à Lasalle, une banlieue de Windsor, en Ontario. Il dit avoir passé son enfance à regarder Grizzly Adams, à construire des forts dans les bois et à camper. Plus tard, il a pris ses passe-temps d’enfance beaucoup plus au sérieux, en suivant des cours de traque en milieu sauvage et de techniques de survie dans la brousse et en participant à des randonnées de survie dans le nord de l’Ontario (en janvier!) et dans les Everglades, en Floride (en juillet!).

« J’ai appris, par exemple, à fabriquer mes propres outils et récipients en écorce de bouleau et à vivre d’aliments sauvages », dit-il. Ces expériences l’ont mené à fabriquer des articles en cuir, notamment des fourreaux de lames. Enfin, il s’est mis à fabriquer des couteaux. En 2007, il a rencontré par hasard Wally Hayes, qui était, à l’époque, l’un des deux Canadiens certifiés maître-coutelier par l’American Bladesmith Society. « Wally est guitariste et je suis batteur. Nous nous sommes rencontrés en jouant de la musique, dit-il en dirigeant son regard vers une batterie rouge brillant dans un coin de son atelier. Il a examiné certains de mes couteaux et m’a demandé si je voulais apprendre à en fabriquer pour de vrai. » Rick est devenu son apprenti, jusqu’à ce qu’il décide qu’il était temps de voler de ses propres ailes.

 

Rick et sa conjointe depuis 24 ans, Michelle, ont fini par déménager en Nouvelle-Écosse avec leurs enfants : Evelynne, 19 ans, et Magnus, 16 ans. Aujourd’hui, c’est Rick le professeur. Il offre des cours à toute une gamme d’enthousiastes – des forgerons de lames chevronnés qui cherchent à perfectionner leur art, des amateurs inspirés par Forged in Fire ou encore des entreprises à la recherche d’une activité unique pour développer un esprit d’équipe au sein de leur personnel. Son cours, Complete Bladesmith, a été approuvé par Anciens Combattants Canada à l’intention des vétérans, dont beaucoup souffrent du syndrome de stress post-traumatique. « Avant de me lancer dans la fabrication de couteaux, j’ai travaillé comme outilleur-ajusteur, puis dans le secteur des ventes. J’étais assis derrière un bureau et j’étais malheureux, avoue-t-il. Je souffrais de dépression, mais apprendre à fabriquer des lames m’a aidé à surmonter cette épreuve. J’ai donc pensé qu’un cours de coutellerie pourrait également aider les anciens combattants, ne serait-ce qu’un peu. »

 

Rick a presque terminé sa lame. Ce qui était un petit bloc d’acier il y a moins d’une heure a maintenant la forme distincte d’un couteau de chasse. Il trempe la lame puis il la passe à la meuleuse électrique pour en lisser les surfaces, éliminer les imperfections et raffiner sa forme. Plus tard, il va fabriquer un manche, fait de bois local, possiblement du caryer ou du frêne, et l’enveloppera d’une corde de chanvre. « Je suis connu pour mes manches de couteau. Je les enroule de corde de chanvre, puis je les frotte de papier de verre pour relever un peu les fibres. De cette façon, lorsque le manche est mouillé, il devient collant, ce qui le rend plus facile à saisir lorsqu’on se trouve dans le bois, explique-t-il. Il y a un élément émotionnel dans la fabrication de couteaux. Lorsqu’on a un bon outil, qui donne l’impression d’avoir été utilisé depuis toujours, on se sent comme un vrai broussard. Je fabrique des objets que j’ai envie de porter. J’ai du mal à m’en détacher. Je sais qu’un couteau est prêt lorsque je souhaite le garder. »

Pour commander une lame faite sur mesure ou apprendre à fabriquer votre propre lame, rendez-vous sur le site wildertools.com.

Facebook et Instagram : @wildertools

Abonnez-vous à la chaîne YouTube de [EDIT] pour regarder un documentaire exclusif sur le forgeron, Rick Marchand, produit par la division cinématographique d’Edit Media : https://youtu.be/xCH5KQF18_w

@themaritimeedit

Back to blog